Domaine d'Arbois
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [RP] "C'est le diable qui tient les fils qui nous remuent !"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Héloise Marie
Comtesse de Champagnole, Vicomtesse du Lure & de Saulx, Baronne d'Arbois
avatar

Messages : 520
Date d'inscription : 09/04/2012
Age : 22
Localisation : Arbois

MessageSujet: [RP] "C'est le diable qui tient les fils qui nous remuent !"   Lun 25 Mar - 5:12

"C'est le diable qui tient les fils qui nous remuent !
Aux objets répugnants nous trouvons des appas ;
Chaque jour vers l'Enfer nous descendons d'un pas,
Sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.* "


La nuit était noire, noire de cette monstruosité qui coulait dans les veines de la jeune Sparte. Elle avait été enfermée des mois dans ce couvent où, tant bien que mal, les nones avaient tenté de lui ré-inculquer la droiture d'esprit et la pureté. Mais la jeune fille s'était murée derrière un silence pesant et des murmures incessants. Plusieurs fois, les nones avaient dû l'enfermer, en proie à une folie meurtrière et destructrice. Des nombreuses saignées laissaient à présent des marques blanchâtres sur les avant-bras de la jeune fille et sa peau était plus encore translucide qu'avant sa retraite forcée. Mais si son corps semblait ne pas pouvoir supporter le moindre coup, son esprit, lui, acéré et redoutable, n'attendait qu'une vengeance. Sur qui? De quoi? Cela n'avait aucune importance, tant que le mal était fait. Et pour commencer, il y aurait Guillaume.

Guillaume qu'elle aimait d'un amour féroce qui, avec le temps et le monstre qui avait désormais élu domicile dans le fond de son âme, s'était transformé en un besoin de sang et de coups !


Envoie-ça, Archimède.

Le valet ne dit mot et prit le courrier sans oser regarder sa maitresse dans les yeux. Depuis son retour, elle n'avait et n'était insultes et coups et ce dernier, bien qu'emprunt d'un respect et d'une loyauté sans limite, commençait à craindre pour sa vie. C'est ainsi que droite, hautaine dans toute sa maigreur, les mains coincées derrière son dos, la Comtesse observe le paysage arboisien. Elle l'attend. Sa vengeance. Douce et terrible vengeance.
Citation :


A Carlotta Isabel Colombe de Volpilhat-Talleyrand,
Dame de Montquintin et de Ferney

Chère amie,

Si je puis d'emblée vous considérer comme telle.

Il me serait cher de pouvoir vous revoir en vous invitant en mes terres d'Arbois. Je suis depuis peur sortie du monastère où je me refaisais une santé et me voilà à présent loin de toutes les agitations sociales et les cancans de la cour.

Il me tarde de parler à quelqu'un et vous, une jeune fille d'une si belle et bonne famille, cousine lointaine par une quelconque alliance maritale et si chère au coeur de mon frère, car oui, je le sais, vous seriez la personne parfaite pour que nous puissions deviser, tout tranquillement, autour de diverses sucreries et d'une tasse de thé.

Ne vous encombrez-guère de soldats ou d'une escorte, vous serez protégée et choyée selon mes ordres et mon plaisir une fois que vous entrerez en terres arboisiennes.

Il me tarde de pouvoir goûter à nouveau à la saveur de vos mots et de votre voix, de fait, si vous m'accorder l’inestimable chance d'avoir droit à votre présence quelques heures durant, confirmez-moi votre venue en répondant simplement oui au verso de ce courrier.

Une réponse négative me ferait tant de mal et je ne puis concevoir d'une jeune fille comme vous l'envie de faire souffrir une amie ou du moins une bonne amie en devenir.

Affectueusement,



------------------------------
*Baudelaire Les Fleurs du Mal

____________________
[Seuls les modérateurs ont le droit de voir ce lien]
*C.Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
http://castel-arbois.forumperso.com
Carlotta_Isabel

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 25/03/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: [RP] "C'est le diable qui tient les fils qui nous remuent !"   Mar 26 Mar - 0:06

Voyage, voyage.

De retour en terre de Lorraine, du moins après avoir fait un détour par Montquintin, Carlotta avait prit connaissance de la missive de sa cousine, son intendant avait eue instruction de garder les missives pour son retour. Aussi, son retour sitôt tombait plutôt bien. Faisant une réponse comme il se devait un "Oui" au verso, prenant deux jours plus tard la route, prenant uniquement deux hommes avec elle. La Dame Noire ne prendrait pas la route de la Franche comté ainsi seule. Le domaine n'était pas proche de la frontière Lorraine qui plus est. La voyageuse avait fait un léger détour afin de prévenir son Affection, devait-elle dire à présent Amour ? Enfin, le prévenant qu'elle irait à Arbois et qu'il pourrait la rejoindre ensuite. Carlotta avait insisté pour qu'il lui laisse un peu le temps de s'entretenir seule à seule avec Héloise. Montant sa jument blanche ce qui avec sa robe noire contrastait beaucoup. Elle laissa ses pensées venir à elle tout le long, pensant et repensant à comment se passerait l'entretiens, la visite, la rencontre. Ayant vu la baronne d'Arbois à plusieurs reprises, il n'en demeurait pas moins que la glace n'avait jamais été brisée. Hors, de part son rapprochement avec le frère de cette dernière, il le faudrait bien un jour ou l'autre.

Qu'on m'annonce, Carlotta de Volpilhat-Talleyrand est ici et sur invitation.

Elle laissa sa petite escorte en dehors et elle partie pour se faire introduire auprès de sa cousine, abaissant la capuche qui recouvrait ses cheveux longs. La nervosité avait-elle fait le voyage avec elle ? Nul doute. En espérant que la folie des Volpilhat était bien enfouie en elle, la Poupée était plutôt calme en ce moment, elle ne se doutait pas un seul instant de ce qu'elle allait vivre en venant ici. Il faut dire qu'au moins, cela remplissait sa vie et que serait la vie sans épreuves ? Que cela la joie sans la tristesse ? Que serait le bonheur sans le malheur ? Il y avait un tout, il y avait toujours un plus et un moins. Néanmoins, Carlotta gardait toujours à l'esprit que ce qu'elle vivait la rendait meilleure, la rendait plus forte. La poupée faisait tout pour cacher ce côté fragile dont certains pouvaient abuser ou abusait déjà.

Revenir en haut Aller en bas
Héloise Marie
Comtesse de Champagnole, Vicomtesse du Lure & de Saulx, Baronne d'Arbois
avatar

Messages : 520
Date d'inscription : 09/04/2012
Age : 22
Localisation : Arbois

MessageSujet: Re: [RP] "C'est le diable qui tient les fils qui nous remuent !"   Ven 19 Avr - 21:30

Perfecto, la voilà… Qu’il était facile et aisé de troubler un esprit fragile et jeune. Elle-même était encore dans la fleur de l’âge, même si son esprit était déjà usé et fatigué et son teint presque translucide. Mais la Vopilhat était plus encore dans l’âge de la naïveté, lequel âge qui, d’un sourire, repassait dans l’esprit de la Comtesse. Ô qu’il était doux, en ce temps-là, de penser que tout un chacun était bon et voulait le bien. De se laisser courtiser par les plus beaux partis du pays tout en les faisant poiroter comme des imbéciles de première classe. Ô combien ce temps d’innocence lui manquait ! Une haine virulente pris soudain place dans tout son organisme ! Il fallait qu’elle brise cette innocence, il fallait qu’elle anéantisse la beauté des traits naïfs de sa jeune invitée.

Il sera si aisé de la faire pleurer… Résonna soudain la voix dans sa tête ! En souriant, la comtesse hoche doucement la tête.

Je ne veux pas la briser.. je veux la détruire.
Sais-tu qu’elle possède en plus l’amour de TON frère.
La colère montait, chauffait, prenait place dans le moindre recoin de son corps.

Je le sais… susurra-t-elle entre ses dents.
Et qu’elle essaye surement de prendre TA place dans SON cœur !

Elle payera… elle payera pour tout ça !

Votre…votre Grandeur ?

La voix résonne derrière elle et la jeune fille se tourne, l’œil froid, sur son valet Archimède, perplexe de la voir parler seule dans la pièce. En quelques pas, la jeune fille vint auprès de lui et l’invite à s’expliquer d’un coup bref de la main.
La jeune demoiselle que vous… avez fait mander est ici… Votre Grandeur..
Merci, Archimède, qu’elle entre ! Fais-je-donc peur à ce point-là ? Entrez, Carlotta ! Venez donc saluez une veille amie.

Cette dernière phrase fut prononcée avec un ton amer et perfide, une petite voix aigüe mais attisée par le plaisir de voir la jeune fille perplexe. La colère et la souffrance a désormais pris place dans tout son corps, cependant, son esprit reste encore assez lucide, luttant contre la folie d’un double meurtrier désirant plus que tout prendre le contrôle de la Comtesse. S'il était vrai que la jeune fille était d'une beauté éblouissante, Héloise à côté, faisant bien pâle figure d'une beauté passée et quelque peu fanée par ses trop nombreuses maladies. Maigre, pâle, bien trop pâle, le teint cireux, les yeux cernés, seul l'éclat bleu dans le fond de ses yeux laissaient voir la force qui l'animait encore. Ouvrant les bras comme une grande-sœur faussement protectrice, elle accueille Carlotta.

____________________
[Seuls les modérateurs ont le droit de voir ce lien]
*C.Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
http://castel-arbois.forumperso.com
Carlotta_Isabel

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 25/03/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: [RP] "C'est le diable qui tient les fils qui nous remuent !"   Sam 20 Avr - 22:26

Le visage de Carlotta avait prit sa pose sévère, dur, durant l'attente du moment où on la conduisit vers sa cousine. Comment pouvait-elle penser à ce méfier d'un membre qui se voulait de sa famille. Il était assez tordu quand même, sachant que des Sparte ne partageait pas son sang et d'autres si. Et il était presque amusant pour ne pas dire triste, de voir que c'était ceux qui ne partageaient pas le même qui faisait vraiment office de famille à l'inverse des membres de sang. Lorsqu'on lui parlait de Hadrien, la poupée, mettait souvent un point d'honneur à reprendre les gens en disant qu'il n'était pas son oncle puisqu'il ne remplissait pas son rôle auprès d'elle. Enfin, toute une histoire. La jeune fille fut introduite auprès de Héloise. Essayant de cacher son air surprise en voyant l'apparence de sa cousine. A côté, c'était la comtesse qui paraissait tellement fragile. Ses yeux, les Sparte les avaient-ils tous bleus ? Les siens étaient verts, tirant par moment vers le marron. Mais Carlotta fut encore plus surprise du geste d'affection de celle-ci envers elle. S'avançant, aimant à penser qu'Héloise était comme Naelle. La Volpilhat-Talleyrand n'était pas le genre à faire des démonstrations d'affection en public. A dire vrai, elle n'avait même pas d'amis, pas vraiment, elle s'épanouissait aux seins des membres de sa famille, laissant parfois s'approcher des membres qui n'en faisant pas parti. C'était comme-ci elle se punissait elle-même dans cet enfermement, refermant sa main gauche afin de cacher la cicatrice qui s'y trouvait.

Votre Grandeur.

Formelle. Mais, il fallait dire, qu'elle n'avait jamais vraiment fait connaissance et qu'elle n'avait pas une réputation de douce. S'engoufrant dans les bras si accueillant, un frisson venait de la parcourir au même moment, comme-ci, son corps pouvait se douter du plan diabolique qui se tramait autour d'elle.

Je suis contente d'avoir reçu votre lettre et de votre invitation.

Carlotta devait-elle dire qu'elle avait répondu tout de suite, car elle espérait en venant en Franche comté le revoir et que cela faisait une excuse parfaite pour quitter de nouveau la Lorraine. La poupée l'avait d'ailleurs prévenu, son bel étalon la rejoindrait peut-être, s'il avait le temps. Sans doute aurait-elle pu faire par de sa visite à Héloise à Arnaut, celui-ci aurait été vert de jalousie, les deux rigolaient souvent sur le fait de se faire la guerre, entre Lamorteau et Montquintin. Mais sous leurs airs, ils s'aimaient bien, elle en était sûre de son côté. Ses yeux allèrent et fixèrent Héloise, attendant la suite. La Dame Noire patientait.
Revenir en haut Aller en bas
Héloise Marie
Comtesse de Champagnole, Vicomtesse du Lure & de Saulx, Baronne d'Arbois
avatar

Messages : 520
Date d'inscription : 09/04/2012
Age : 22
Localisation : Arbois

MessageSujet: Re: [RP] "C'est le diable qui tient les fils qui nous remuent !"   Mar 23 Avr - 4:11

Une lueur perverse passe dans les yeux de la Comtesse alors que ses bras se referment sur la frêle cousine. Bon, pas aussi frêle que ça à côté de la squelettique Héloise, mais tout de même, la différence d'âge se faisait voir.

Bien vite cependant, la jeune fille lâche Carlotta pour s'en écarter d'un pas et la regarder de haut en bas, un air hautain sur le visage. Toute lueur de bonté à disparue de son regard et de son esprit, ne reste que le monstre perfide et cruel qui l'habitait jadis de temps en temps, ronronnant en s'enroulant autour de ses épaules, griffant dans les tréfonds de son bas-ventre en l'incitant à goûter au sang et à la violence de ses désirs les plus enfuis.

Et elle l'écoute, docile, soumise, charmée par cette facilité et ce chemin si doux qui s'offre devant-elle. Carlotta la fixait et, même si ses yeux étaient patients et doux, la bête qui s'entortillait dans le corps de la Comtesse hurlait à l'arrogance. Sans crier gare, Héloise leva la main et gifla la jeune fille face à elle, sans se rendre compte de la force qui avait pénétré son bras, sans savoir que c'était ce monstre qui l'habitait qui en tirait les fils et la laissait sans aucune volonté : une marionnette.

Même sa voix lui parut rauque et lointaine, car à ses yeux, ce n'était pas elle qui participait à cette scène non moindre. Elle l'observait, goûtait la saveur de l'excitation et sentait la cuisante douleur de la gifle sur sa main, mais le monstre ronronnant qui la possédait jusqu'au bout de ses doigts avait désormais l'entier contrôle de la situation.


Ne t'avise jamais à me regarder dans les yeux ! Garce !

Sans la quitter du regard, la Comtesse se déplace lentement, tournant autour de sa proie comme une grosse araignée affamée. Une fois derrière elle, l'envie irrésistible de lui tirer les cheveux lui prend, mais elle la domine, il y avait bien plus à faire qu'une banalité de gamine mal-lunée. Archimède entre de nouveau dans la pièce, perplexe et tout penaud.

Tu vas me foutre ça au cachot Archimède !! Lui dit-elle sans regarder sa face déconfite d’ahuri fini.

____________________
[Seuls les modérateurs ont le droit de voir ce lien]
*C.Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
http://castel-arbois.forumperso.com
Carlotta_Isabel

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 25/03/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: [RP] "C'est le diable qui tient les fils qui nous remuent !"   Mar 23 Avr - 8:57

Est-ce la gifle sur sa joue qui lui donnait froid ? Etait-ce la douleur ? La peur ? Peut-être les trois. En tout cas, à cet instant, Carlotta avait froid. Un goût de sang remplissait l'ensemble de sa bouche, en effet, avec le choc, la peau de sa joue intérieur avait frappée ses dents et elle devait s'être ouverte. Pas trop pour éviter un déluge mais, assez pour avoir ce goût. Une grimace sur son visage, la jeune fille regarda sa cousine, ne comprenant pas son geste si soudain, si brutale. La poupée n'avait pas crié. Qu'avait-elle fait ? Un tremblement dans ses membres venaient de s'installer. Elle aurait pu tomber sous cette brutalité mais, ses jambes avaient tenues par un miracle. Devait-elle prendre ce qui lui arrivait comme une punition divine à ses propres actes ?
Carlotta n'arrivait pas à ouvrir la bouche, elle n'arrivait pas à trouver les mots. Elle souffrait, autant physiquement que mentalement. "Pourquoi ?" Se demandait-elle. Sa joue était en feu, ses yeux se remplissaient de larmes, bien que la Volpilhat-Talleyrand se voulait forte, elle n'était qu'une petite fille à peine sortie de l'enfance.
On entrait dans la pièce. Elle pria de toutes ses forces pour y voir Guillaume. Mais...et s'il était dans le coup ? Après tout, il était son frère. La colère la prenait, découvrant le visage d'Archimède. Oserait-il ? Non.


Le choc passait petit à petit et lorsqu'on l'agrippa après qu'elle eue entendu les ordres de Héloise, elle ne se laissa pas faire. Bousculant avec toute la force possible l'homme afin de l'écarter d'elle.

Pourquoi ?

On pouvait entendre de la colère dans sa voix et pourtant, elle l'avait dit calmement, presque en murmurant. Continuant, la Dame Noire se tenant debout face à la Comtesse folle.

Qu'ai-je fait ?

Une question si innocente. Et pourtant. Elle ne comprenait pas, vraiment pas. Ce n'est pas comme-ci les deux femmes s'étaient déjà fréquentées. En dehors de Naelle et de Guillaume, elle ne voyait personne de proche de Héloise. Celle-ci n'avait jamais montré d'hostilité à son égard et pourtant, elles s'étaient rencontrées à plusieurs reprises, certes en public mais, tout de même. L'ignorance d'Héloise à son égard avait au début été presque douloureux et puis elle s'en était accommodée. Mais, pourquoi l'inviter ici pour lui faire ça ? Dans quel but ?
Revenir en haut Aller en bas
Héloise Marie
Comtesse de Champagnole, Vicomtesse du Lure & de Saulx, Baronne d'Arbois
avatar

Messages : 520
Date d'inscription : 09/04/2012
Age : 22
Localisation : Arbois

MessageSujet: Re: [RP] "C'est le diable qui tient les fils qui nous remuent !"   Jeu 23 Mai - 5:34

Son esprit vagabondait. D'un côté il anéantissait tout espoir de redevenir la gentille petite Héloise rigolote et que tout le monde adorait, d'un autre il essayait de faire venir une des véritables facettes de son esprit : la folie. Folie qui lui prenait le bras, la main, le sang, faisait tourner tous ses neurones et ses cellules vers une chose : la destruction. Pourquoi? Qu'ai je fait? La voix de la jeune fille en face d'elle la fit grimacer et Héloise posa ses deux mains sur ses oreilles dans l'espoir vain de les boucher ! Elle voulait la tuer, tuer cette fragile et inexistante mais pourtant si proche rivale.

Tout dans son esprit lui hurlait de lui planter, là, directement, la main dans la poitrine pour arracher son coeur battant de son torse et le piétiner, comme trop de fois on avait piétiné le sien. Ses yeux clos, crispés, les mains sur ses oreilles, elle respire longuement avant de les rouvrir, un peu vagues, sur Carlotta.


Que vais-je faire de toi...ajoute-t-elle dans un murmure.

Oh elle savait certes bien ce qu'elle voulait faire ! La mettre en miette. Assouvir la moindre de ses frustrations. D'un signe du visage elle impose à son valet de s'en aller de la pièce, ce qu'il fait, perplexe et apeuré à la fois. En deux pas, la jeune fille s'approche de Carlotta et se pose face à elle, approchant son visage du sien. Son souffle léger, les battements de son coeur calme, elle frôle légèrement sa joue de ses lèvres puis plante ses yeux froids dans les siens.


Dis-moi... Carlotta... pourquoi est-tu venue?

Tournant autour d'elle l'air aguicheuse, elle se dirige ensuite vers son bureau sur lequel trône un vase en cristal. Levant sa main devant elle, son index tendu, elle le pousse du bout du doigt dans un "oups" posé. Le vase explose dans une belle quantité de morceaux de cristal, du plus grand au plus petit. La Comtesse observe les débris, une lueur féroce dans le regard, puis se tourne vers Carlotta.

____________________
[Seuls les modérateurs ont le droit de voir ce lien]
*C.Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
http://castel-arbois.forumperso.com
Carlotta_Isabel

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 25/03/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: [RP] "C'est le diable qui tient les fils qui nous remuent !"   Jeu 23 Mai - 22:19

Héloise tournait encore autour d'elle, on aurait dit une pauvre petite chose fragile mais, Carlotta ne donnerait pas ce plaisir. Ses yeux piquaient, les larmes montaient, l'envie de céder à la tristesse la tenait en elle. Observant la scène qui se jouait toujours devant elle. Entendant ses mots, le fracas du vase sur le sol, heureusement, elle n'était pas pieds nues, comme elle pouvait en avoir l'habitude lorsqu'elle se trouvait dans sa propre chambre ou sa demeure. La question résonnait dans sa tête, pourquoi était-elle venue ? Pourquoi ? A présent, elle le regrettait, elle ne savait pas quoi en penser. D'une voix calme, avec un léger tremblement, la Volpilhat-Talleyrand répondit.

Parce que vous êtes sa soeur.

De nouveau, cela résonnait en elle. Sa soeur et s'il était complice ? S'il savait. Son coeur battait tellement fort, cette penser lui faisait extrêmement mal, c'est là qu'elle comprit. La jeune fille comprit que c'était lui, peut importe les sentiments qu'elle pourrait avoir pour d'autres, il était son âme soeur comme on disait. S'il était vraiment complice, elle n'aurait plus qu'à en finir, elle ne le supporterait pas. Elle ne pourrait pas vivre dans cette trahison. Son regard se jeta au sol, elle avait le dos au bureau, elle ne voyait pas les éclats de verres, elle les avait entendus se briser mais, la peur s'était emparé d'elle. Finalement, la jeune fille n'était peut-être pas fait pour tenir une épée et combattre. Si elle tremblait aussi facilement, ses jambes ne résisteraient plus longtemps. Il lui fallait faire quelque chose. Dire quelque chose.

Est-il au courant ?

De sa venue il l'était. Héloise avait dit de venir seule mais, Carlotta lui avait écrit. Il devrait venir, l'avait-il prévenu ? Etait-ce pour ça qu'on s'en prenait à elle. Tant de questions, si peu de réponse, le froid dans tous ses membres, ses mains le long de son corps et quelques larmes finalement roulèrent sur ses joues. La Comtesse était une cousine, que ce soit par adoption ou par le sang, c'était une trahison et les trahisons faisaient mal.
Revenir en haut Aller en bas
Héloise Marie
Comtesse de Champagnole, Vicomtesse du Lure & de Saulx, Baronne d'Arbois
avatar

Messages : 520
Date d'inscription : 09/04/2012
Age : 22
Localisation : Arbois

MessageSujet: Re: [RP] "C'est le diable qui tient les fils qui nous remuent !"   Ven 24 Mai - 21:42

Osait-elle, en ce moment même, en cette pièce même de SON domaine, parler de son frère? Osait-elle le souiller, le voler plus encore, l'abîmer de cette bouche parfaite ! Si tant est qu'elle n'avait pas l'estomac vide, la comtesse en aurait craché son repas. Là, non, elle se contentait de lui jeter un regard mauvais, empli d'une haine féroce qui, désormais, avait gagné tout son corps de ses griffes puissantes.

Dis-lui, dis lui qu'elle va mourir ! Qu'elle doit souffrir, qu'elle ne mérite rien !

Oh oui, oh oui quel doux plaisir de se l'imaginer agonisante, quémandant la pitié de la Comtesse, qui, sans âme et gouvernée par un monstre, la lui refuserait d'un ton sec et cassant ! Sa soeur. Sa soeur, c'est elle. Elle, au fond, c'est à elle, qu'il appartient, à personne d'autre.

Oui ! Il est à toi ! Comme tout dans ce domaine ! Comme Carlotta ! Carlotta qu'il faut que tu détestes ! Regarde-là, elle pleure !!!

Bonté divine, voilà que la petite se mettait à pleurer. Pour autant que la sensibilité l'avait totalement quittée dans ces murmures doucereux qui lui chatouillaient les oreilles, son agacement lui, n'avait pas bougé d'un pouce. Lentement, sans réellement s'en rendre compte, la jeune fille se baissait pour attraper un long bout de cristal brisé et pointu. Elle le serra si fort dans sa petite main, qu'il lui entailla les jointures, mais baste, elle n'en avait cure de la douleur et de la souffrance, elle vivait de ses démons et une blessure était la moindre de ses douleurs.


Ça n'excuse en rien le fait que tu es venue..
souffle-t-elle en se rapprochant, lentement.

ON NE VIENT PAS ME VOIR PARCE QUE JE SUIS LA SOEUR DE QUELQU'UN !!! Cria-t-elle soudainement, hors d'elle et le coeur coincé dans une haine sordide. Cette même haine qui lui fit lever la main ensanglantée pour l'abaisser de toutes ses forces sur le bras de Carlotta, son poignet, son épaule, que diable, peu importe l'endroit, il fallait la blesser et la blesser avec toute sa force possible.

En son cœur et enfuit dans son corps, quelque chose poussa un cri de triomphe et de bien-être !

____________________
[Seuls les modérateurs ont le droit de voir ce lien]
*C.Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
http://castel-arbois.forumperso.com
Carlotta_Isabel

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 25/03/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: [RP] "C'est le diable qui tient les fils qui nous remuent !"   Ven 24 Mai - 23:20

Son visage était humide, froid, les larmes avaient cessée mais, elles avaient coulé assez longtemps pour mouiller tout jusque dans son cou. Elle n'avait pas répondu à sa question, cela voulait-il dire qu'il était avec elle ? Son envie de sangloter, de pleurer et de se jeter sur elle devenait de plus en plus forte. Carlotta était blessée dans son petit coeur fragile. Elle serra les poings, la Volpilhat-Talleyrand faisait sa forte à longueur de temps, s'oubliant dans les bras de son cousin aimé, lui faisant voir certaines de ses faiblesses avait-elle eu tort ? Lui avait-il tout raconté ? La Ferney ou Montquintin ne faisait plus attention à Héloise et c'était un tort, une erreur. Alors, qu'elle allait se tourner vers elle, un geste venait de lui arracher un cri aiguë et court. Du sang colorait le tissu de sa robe, son bras la lançait, lui faisait mal, portant la main gauche, celle à la cicatrice, celle au bras non meurtre à la place où devait se situer la blessure du bras droit, ses doigts pleins de sang sous ses yeux, celui-ci coulant jusqu'au bout des doigts, longent le bras blessé.

Vous êtes folle !

Voilà, ce que Carlotta, lui faisant face venait de lui sortir en se disant quelques secondes après qu'elle avait eues tort. Ici, elle était en terrain ennemi, avec une dingue qui possédait une armée de domestique en plus d'avoir des bouts de verre à disposition. Mais, c'était fait. Les bras le long de son corps, sans se soucier de la blessure qui lui lançait le bras de plus en plus et de la perte de sang qui bien que légère et bien que le tissu noir ne laissait pas tout voir coulait assez fort pour lui donner quelques vertiges. Ce n'était pas tous les jours qu'elle subissait ça. Elle devait partir avant que ses jambes ne cédent vraiment et alors, qu'elle s'apprêtait à s'éloigner de la Comtesse, ils cédèrent, la jetant au sol, les genoux claquant, une main se plaquant sur son bras blessé. Plis mais, ne rompt pas, telle était sa devise, elle venait de pliée. Seulement, Carlotta bien que faible et meurtri à ce moment-là, ne ferait pas ce qu'on attendait d'elle.

Tout ce que vous ferez n'enlèveront pas ses sentiments à mon égard.

Ses yeux cherchant ceux d'Héloise, sa main serrant fortement sa blessure, cela lui faisait encore plus mal mais, c'était pour essayer de garder son calme.

Revenir en haut Aller en bas
Héloise Marie
Comtesse de Champagnole, Vicomtesse du Lure & de Saulx, Baronne d'Arbois
avatar

Messages : 520
Date d'inscription : 09/04/2012
Age : 22
Localisation : Arbois

MessageSujet: Re: [RP] "C'est le diable qui tient les fils qui nous remuent !"   Sam 25 Mai - 23:49

Non...Non non non non... non !

Lâchant le bout de cristal de sa main endolorie, Héloise contemple Carlotta, genoux au sol, le bras ensanglanté !

Non... ce n'est pas moi ! Non...
Si, Héloise, si c'est toi ! Toi et toi seule qui a fait ça ! Mais regarde, regarde quel plaisir tu peux en tirer !
Non ! Je ne veux pas, je ne veux pas qu'elle souffre... laisse-moi ! Non.

Elle vint plaquer ses mains sur ses oreilles et crispa son visage dans une expression d'extrême concentration. Ce n'était pas elle. Pas elle qui frappait, allait, venait, attaquait, insultait ! Non, elle aimait son prochain, elle ne voulait pas provoquer de la souffrance dans ses proches et cette proche allait devenir sa belle-soeur ! L'emprise des griffes monstrueuses sur son âme se relâchait quelque peu, tandis qu'elle contemplait Carlotta. Puis, de même que la jeune fille, elle s'approche et tombe à genoux devant elle, suppliante dans son regard fou !

Pardonne-moi...pardonne-moi...

Les sanglots vinrent se mêler à sa voix paniquée, et sans attendre le moindre geste ou la moindre réponse, la Comtesse vint prendre Carlotta dans ses bras, l'enserrer comme elle pouvait le faire jadis, lorsque son frère ou sa sœur avaient besoin de son soutien et de son amour ! Tout son amour, elle le mit dans ses bras, dans ses larmes, dans sa tête posée sur l'épaule de Carlotta, dans son corps sanglotant et tremblant.

Mais elle restait faible. Faible face à ce qui dominait son esprit. Faible face à ce spectre d'elle-même ne guettant qu'une ouverture pour reprendre le contrôle de l'esprit de Héloise. Il l'eut, cette ouverture, tandis que ses bras se glissaient dans son dos, remontaient le long de sa nuque.

Le cou.

Il faut... lui faire mal ! Il le faut, Héloise ! Tue-la. Ne vois-tu pas comme elle souffre? Elle a besoin de ton aide !

Lentement, la Comtesse retire son visage empli de larme de l'épaule de Carlotta. Ses mains, suivant le mouvement, viennent se poser sur ses épaules et se relèvent pour caresser les joues de la jeune fille. Son coeur s’enserre de nouveau, chassant la pitié et le remord, l'emplissant de haine et de sang.

Tu vois? C'est toi... ça a toujours été toi...Tu n'es rien, sans moi, Héloise...


Je ne suis rien... sans toi... , répondit-elle au spectre de son corps, clignant des yeux face à cette évidence incontournable.
Pardon.. Carlotta...

La jeune fille se pencha pour aller cueillir un baiser sur les lèvres de Carlotta, humides de ses larmes puis se permit même de les goûter du bout de sa langue, sans aucune pudeur, sans se soucier de sa réaction. Dans le même temps, ses mains vinrent chercher la courbe de son cou et la chaleur de son cou, pour l’enserrer, doucement...

____________________
[Seuls les modérateurs ont le droit de voir ce lien]
*C.Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
http://castel-arbois.forumperso.com
Carlotta_Isabel

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 25/03/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: [RP] "C'est le diable qui tient les fils qui nous remuent !"   Dim 26 Mai - 2:57

Elle guettait avec des sentiments de plus en plus oppressant de colère et de tristesse. Comment avait-elle pu tomber si bas, tout son corps lui faisait mal, se soulevant par moment dans des tremblements incontrôlables au point qu'elle aurait voulu se laisser tomber en arrière et s'étaler de tout son long, se laisser là, ne plus rien fait ni ne rien dire. Comment, comment Héloise pouvait réussir à faire, à accomplir ça. Jamais Carlotta n'avait fait preuve d'autant de faiblesse, était-ce pour le lien qui l'unissait à lui qu'elle n'osait pas ?Etait-elle plus forte ? Plus intelligente ? Manipulatrice, il y avait des airs derrières, des ombres derrières ses yeux et la folie la prenait, elle en reconnaissait les signes. Les mains sur les oreilles, la crispation du visage mais, la Comtesse fit quelques choses que la jeune fille n'avait pas prévu à ce moment-là. A l'instant où elle avait décidé que c'était fini, une nouvelle carte s'abattait. Les bras de sa presque cousine la prenait, sans doute aurait-elle dû avoir ce réflexe, de la sortir de son espace, de ne pas laisser la bête venir encore plus à elle. Les sanglots donnèrent à son geste une certaine sincérité qui même après la scène précédente arrivait à émouvoir la Volpilhat-Talleyrand. Voyant passer le visage de Guillaume à ce moment précis, son corps se relâcha contre celui de sa soeur.

Elle ne pouvait pas pardonner, les mots ne franchissaient pas ses lèvres et voyant l'attitude de plus en plus affectueuse de Héloise, douteuse même, pouvait-on être lunatique à l'extrême ? Comment faire preuve de violence et de douceur dans un si court laps de temps et après tout ça. Si Carlotta avait été un chien ou tout autre animal, nul doute qu'elle aurait fait pivoter sa tête à droite ou à gauche avec de grands yeux ouverts. Elle se contenta pour l'heure de reste immobile, son corps était détendu mais, la douleur de son bras et ce qu'elle venir de subir ne lui donnait pas envie de rendre ce câlin à Héloise. Et puis, contre toute attente, ses bras répondirent d'eux-mêmes. Allant légèrement se poser sur les hanches de sa cousine, ne pouvant pas faire plus.

La colère retombait petit à petit, le choc aurait pu passer seulement Héloise en remit une couche, ses lèvres qui s'approchaient des siennes alors, qu'elle n'avait autorisé qu'une personne à faire ce geste et encore une fois, le visage de Guillaume passa devant ses yeux. Sa tête et ses pensées étaient ailleurs, Carlotta aurait presque pu imaginer les lèvres, ses lèvres, à lui. Reprenant le contrôle de son corps et de sa voix au fur et à mesure que la Comtesse avançait dans son manoeuvre, la Volpilhat-Talleyrand redressa son dos pour la dominer ce qu'elle n'arriva pas à faire, écartant ce qu'elle gardait pour lui, refoulant le désir qui s'insinuait un peu plus en elle alors, qu'elle participait à cette scène.


Non. Vous n'êtes pas lui.

N'était-ce pas-là le but de tout ceci ? Son amour à lui. Elle était la soeur de quelqu'un, c'était celui qui l'avait mise en colère n'est-ce pas ? Où bien avait-elle fait fausse route. Après tout, elle fréquentait une autre personne que sa cousine détestait non ? Ersinn. Ersinn que tout le monde détestait autour d'elle, de son père, à Jade, à Guillaume et à Héloise. Se pourrait-il que la Comtesse la considère maintenant assez pour lui en vouloir ? Dieu qu'elle regrettait ses indifférences à son égard.

Les mains d'Héloise resserrant son cou, elle entreprit de se débattre, son bras blessé ne répondait plus, il était engourdit, meurtrie, il se vidait de son sang au fil des minutes et c'est d'une main que Carlotta devait mettre un terme à ça. Dans la position ce n'était pas évident, alors, elle donna un coup, le poing fermer dans le ventre de cette dernière.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] "C'est le diable qui tient les fils qui nous remuent !"   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] "C'est le diable qui tient les fils qui nous remuent !"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le diable
» Le Diable au Cor rev. 2.0
» Le pacte avec le diable [Privée moi et le Createur]
» Un sac vide tient difficilement debout, alors remplissons le
» Le diable a Londre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arbois :: Domaine d'Arbois en franche Comté :: Le donjon-
Sauter vers: