Arbois
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Domaine d'Arbois
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -26%
Arbre à chat Joe – 40x40x114cm
Voir le deal
19.99 €

 

 [RP] Mes larmes coulent encore...

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Héloise Marie
The Comt'ess
Héloise Marie

Messages : 1413
Date d'inscription : 09/04/2012
Age : 25
Localisation : Arbois

[RP] Mes larmes coulent encore... Empty
MessageSujet: [RP] Mes larmes coulent encore...   [RP] Mes larmes coulent encore... Icon_minitimeSam 5 Jan - 12:36

Janvier - 14 printemps de Héloise.


Votre Grandeur?
Fais porter le thé, s'il te plait.
Le thé votre Grandeur? A cette heure ci?
Depuis quand il y a une heure pour le thé?
Je...
...et depuis quand tu n'obéis pas? Fais porter le thé un point c'est tout !
Bien, votre Grandeur...

Un soupir gagne ses lèvres alors que la domestique sort du petit salon. Puis un sourire vient enfin gagner et illuminer son visage. La journée était belle. Fraîche mais belle. Elle se sentait heureuse. Légère. Bien sous tous les points. D'un bond, elle se lève pour se diriger vers la fenêtre et regarde le vent balayer les arbres à la lisière de la forêt. Ses azurs cherchent, inlassablement, l'ombre de son lorrain, qui quelquefois, s'entraînait dehors, ou revenait en galopant sur son cheval, alors que le coeur de la comtesse bondissait d'amour à cette vision. Mais nulle ombre en ce jour. Nul profil parfait et désirable. Juste le vent et quelques domestiques étalant les draps au dehors.

Où est Ersinn?
Nul ne l'a vu ce jour, votre Grandeur.
Son esprit vagabonde un instant. Nul ne l'a vu... Il a pourtant dormi dans ses bras, comme chaque nuit, mais il n'est plus là.
Voudriez-vous que je le fasse chercher?
Mmmmh?
Je peux le faire venir, si vous le voulez.
Non, merci Archimède. Fais plutôt venir Elisabeth. Cela fait des mois que je ne lui ai plus parlé, et d'après les rumeurs des domestiques, Mesnay serait animé d'un drôle de couple depuis quelques jours.
Il semblerait qu'elle y soit rentrée oui.
Bien, alors fais la venir pour prendre le thé.

____________________
[RP] Mes larmes coulent encore... Sans_t11
Revenir en haut Aller en bas
https://castel-arbois.forumperso.com
Élisabeth
Vassale
Élisabeth

Messages : 819
Date d'inscription : 10/04/2012
Age : 30
Localisation : Mesnay

[RP] Mes larmes coulent encore... Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mes larmes coulent encore...   [RP] Mes larmes coulent encore... Icon_minitimeDim 6 Jan - 11:32

Je dois quoi ?
Dois-je vraiment répéter, ma dame ?
Non mais … j’avais certes, l’intention d’aller la voir mais … de suite ?
Vous l’avez-vous-même entendu. Elle vous réclame.

La jeune femme s’approcha de l’une des fenêtres du salon rouge en croisant les bras. Héloise voulait prendre le thé avec sa vassale. De suite ? Et puis, comment avait-elle appris qu’Élisabeth, ainsi qu’Édouard, étaient à Mesnay ? Elle n’avait pas eu le temps de prévenir qui que ce soit enfin si, les domestiques, pour que tout soit prêt à temps … à moins que ces derniers s’en soient déjà chargés ? Humff… de toute façon, elle savait que les domestiques avaient, en général, une langue bien pendue. Que ce soit pour rien dire, ou pour faire des rumeurs… De toute façon, Mesnay commençait sérieusement à manquer à la jeune femme. Mais surtout une question trottinait dans la tête de la blonde : rare était les fois où elles avaient pris le thé toutes les deux … enfin, si nous pouvons appeler cela prendre le thé. Est-ce une ruse pour la voir plus vite ? Elle se mordit la langue avant de demander :

Où est Édouard ?
Aucune idée. Peut-être …
Non laisse. Je vais y aller seule.
Pas toute seule ?
Hubert !...
Oui non mais c’est mieux que vous n’y alliez pas toute seule, quand même …
Aux dernières nouvelles, je n’ai pas encore été privée de sorties !
Bééhh j’ai jamais dit ça !
Parfait ! Prépare, hum… un carrosse, dit-elle dans une légère grimace, je vais aller me changer.
Mais messire É…
T’occupe ! Arrête de discuter et exécute !

C’est sur ces derniers mots que le page d’Élisabeth sortit. Elle abandonna son poste d’observation pour quitter la pièce afin de se rendre dans sa chambre. Elle allait quitter Mesnay pendant quelques heures, autant aller voir la suzeraine dans une tenue bien plus élégante – non pas qu’elle est habillée comme une plouc mais elle portait, à ce moment là, une robe qui ne la serrait pas autant que les autres – et puis, il fallait quand même qu’elle prévienne son fiancé avant de se faire gentiment taper sur les doigts.
Une fois prête, bien coincée dans une robe qui l’empêchait de respirer, elle repassa dans l’un des deux salons mais, toujours pas d’Édouard en vu. Elle laissa échapper un soupir, s’apprêta à poser le billet, – qui disait bien qu’elle partait quelques heures voir son adorable suzeraine pour prendre le thé –, sur la table quand le page apparut juste derrière elle, ce qui la fit sursauter :


Espèce de crétin ! La prochaine que tu arrives comme ça, fais du bruit !
Mais …
Tu donneras ça à Édouard.
À son Altesse ?
Bah oui crétin ! Qui d’autre !?
Bah, je sais pas moi mais …
Hubert la ferme. Tu lui donneras ça et tu me fiches la paix ! Maintenant, j’y vais !
Mais .. mais ma dame !

Laissant son page bougonner autant qu’il le souhaiterait, elle s’installa dans le carrosse, bien que trop inconfortable, elle s’en contenterait pour le peu de distance qu’il y avait entre Mesnay et Arbois. La distance qu’il y avait entre la baronnie et la seigneurie était un avantage. Si la vassale avait besoin d’aller voir la suzeraine ou sens inverse, les deux femmes en avaient pour peu de temps à effectuer le trajet. C’est donc un moment après avoir quitté Mesnay qu’elle arriva à Arbois, sans encombre. Sans encombre, certes mais avec beaucoup de jurons muets. La jeune femme et les carrosses n’étaient toujours pas amis et cela ne changerait ja-mais ! Le soleil brillait bien mais il n’empêche qu’à l’extérieur, il fait froid. Après tout, n’est-on pas en hiver ? Frissonnante, elle remit correctement son manteau – adéquat pour la température et la saison ! –, descendit lentement du carrosse et à peine eut-elle le temps de remonter un peu son manteau pour lisser ses jupons et de mettre juste après son manchon qu’Archimède lui « sauta » dessus. Pour la deuxième fois de la journée, la pauvre Élisabeth sursauta : Par Aristote mais vous avez tous décidé de me faire mourir de peur aujourd’hui, ma parole !

Elle réprima un soupir puis, adressa un léger sourire à Archimède : Pardonnez-moi mais attendez au moins quelques minutes avant de sauter sur les invités … comment vous portez-vous ?

Elle détourna son regard pour observer les fenêtres. Elle regarda à nouveau Archimède et lui adressa un sourire aimable : Héloise … hum, pardon, sa Grandeur m’attend pour … prendre le thé !

Elle fit une toute petite pause avant de reprendre : Où puis-je trouver sa Grandeur, Archimède ?

Elle retira son manchon qui, finalement, ne lui servait strictement à rien et, posant une main sur sa hanche, elle se maudit d’avoir autant serré sa robe. Tout ça pour cacher de son mieux sa « nouvelle taille ».

____________________
[RP] Mes larmes coulent encore... Srrg
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume
Frère de Sa Grandeur
Guillaume

Messages : 9
Date d'inscription : 21/05/2012

[RP] Mes larmes coulent encore... Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mes larmes coulent encore...   [RP] Mes larmes coulent encore... Icon_minitimeDim 6 Jan - 13:26

S'envole la poussière de la route, tremblent les planches du pont-levis, claquent les sabots contre le pavé de la cour. Une troupe arrive, fier trot et étendard au vent. Entrent d'abord Hector et Hugues, serviteurs fidèles de leur maître. Vient ensuite le-dit maître, Guillaume de Sparte, Baron d'Hérimoncourt, frère de Sa Grandeur... Nous nous arrêterons là, car en bon Sparte, son crieur pourrait continuer ainsi longtemps. Derrière le rouquin, les deux derniers H, le vieil Anslème sur sa mule et quarante petits pages, comme les rois mages. Bon, d'accord, les quarante sont au nombre de trois en vrai, mais c'st la classe quand même... Non?

Levant les yeux vers les fenêtres de sa soeur, Guillaume la voit, comme si elle venait de s'y précipiter. La Comtesse attendrait-elle un quelconque amant? Le Lorrain, peut-être? Guillaume sourit en la voyant quitter la fenêtre. Elle lui a semblé dessus. Bonjour, l'accueil! Enfin, une Héloïse-Marie amoureuse vaudra toujours mieux qu'une Héloïse-Marie malheureuse.

Sur le chemin, ses hommes et lui ont sauvé un homme d'une pendaison sommaire sur la branche d'un arbre. En ces temps d'hiver, où les réserves commencent à réduire dans l'attente des beaux jours, les voleurs sont particulièrement peu apprécié de la populace. Guillaume se tournent vers Hector et Hippolyte, leur faisant signe de libérer l'homme. Fidèles gardes, ils comprennent tout de suite et lâche l'homme qu'ils retenaient en forçant à courir entre les chevaux. Ils le poussent vers le cheval de leur Baron, aux sabots duquel (le cheval, pas le baron, non mais oh! Guillaume ne porte pas de sabots) le voleur vient s'écrouler. Dans toute sa superbe, du haut de sa scelle, Guillaume l'observe. Autours d'eux, son équipage rit de l'infortune du voleur.


Ne te crois pas sauvé. J'ai en horreur les gens de ton espèce. je t'ai enlevé à ces pauvres bougres que tu voulais voler parce qu'il ne leur revient pas de rendre la justice.

Regardant autours de lui, ses yeux tombent sur Archimède.

Fais emmener ce sale charognard dans les geôles de ma soeur. J'irai lui expliquer moi-même les raisons de cet emprisonnement, dans l'attente d'un procès.

Sur ses bonnes paroles, il met pied à terre, immédiatement suivi de toute sa troupe.

Anslème : je n'ai plus besoin de vous. Qu'ils aillent tous boire un verre au village à la santé de ma soeur et à son mariage à venir. Toi, vas voir avec Archimède, vous devez avoir bien des choses à vous dire. N'oublie pas... le mariage, hein!

Sans un mot, ses hommes s'exécutent. Enfin si, ils parlent, mais entre eux. Anslème, lui, trottine vers le donjon pour rejoindre Archimède qui, escorté de gardes d'Arbois, entraine le voleur. Guillaume s'approche enfin d'Elisabeth, qu'il avait remarqué bien que n'ayant pas encore parlé à sa future cousine.

Dame, je vous souhaite le bon jour. Je vous prie d'excuser ce spectacle.

Il incline poliment la tête, et se redresse en lui tendant le bras valide. Le second, le gauche, il le garde protégé sous sa cape de fourrure. Le froid de cette journée n'est pas pour lui déplaire, mais il fait souffrir sa main malade.

Je vous prive d'Archimède, mais peut-être accepteriez-vous mon bras pour vous escorter jusqu'aux appartements de ma soeur? Je suis venu la saluer. Je ne cache pas, d'ailleurs, que je suis heureux de tomber sur vous, je ne vous pensez pas de retour en Empire.

Un regard appuyé un instant, puis les yeux qui se détourne vers la porte de la demeure du château.

Entrons-nous?

____________________

Revenir en haut Aller en bas
Edouard De Sparte

Edouard De Sparte

Messages : 15
Date d'inscription : 25/05/2012

[RP] Mes larmes coulent encore... Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mes larmes coulent encore...   [RP] Mes larmes coulent encore... Icon_minitimeDim 6 Jan - 17:23

Quand ce n'est pas le jour des serviteurs...

Un Bain .. Un chaud et très long bain .. Un très chaud et long bain.. bref un Bain ! Allongé largement négligemment dans la sorte de baignoire, il etait la .. somnolant, ne se rendant pas compte du temps qui passait. Et profitait de ces moments de detentes surtout avec son retour en Empire. Empire qu'il haïssait pour tout les malheurs qu'il avait vecu, par les trahisons, par les faux culs en tout genre. Il etait a esperer que son Eli ne veuille pas sortir pour revoir la taverne de .. le batiment de .. ou encore cette amie perdue de vue .. Pfiou pitié qu'on lui epargne ca .. Heureusement la fatigue qu'elle ressentait en ce moment allait etre salvatrice.

Un leger et doux sourire en pensant a la discution qu'ils avaient eu lors de son retour de retraite.. un peu reveur a cette nouvelle vie qui l'attendait, qui les attendait, il resta la , le regard reveur au plafond.. qui avait d'ailleurs quelques toiles d'araignées ! Et alors qu'il s'endormait

Monseigneur-altesse-monsieur

Large grognement de la dite personne a l'arrivée tonitruante d'Hubert

Qouoi???????????????
ma..Mon.. Ma dame Elisabeth a ..
Elle a quoi?? elle se sent mal ?
Oh non non elle va très..
Alors pourquoi je suis derangé la ??
Mais..
Oh tu te depeche de dire ce qu’elle veut?
Un message
Alors donne le !!

Deposant son message près de la baignoire et voir repartir Hubert qui grognait prèt a exploser. Prenant le mot, il fronca les sourcils un moment. Boire le thé ?? rhooo j'vous jure ces femmes.. Se relevant nu comme un ver, il s'entoura d'un linge tel Jules Cesar. Ave Edouard !

Huberttttttttttttttttt
Mons..
Elle est partit depuis longtemps?
Non quelques minu..
Faites preparer mon cheval je pars chez heloise,
Mais..
Pas de mais, faites ce qu'on vous dit !

Levant les yeux au ciel, il le regarda partir, ah ce petit personnel, plus aucun respect je vous jure, comme si on ne les traitait pas bien ! Il se secha et partit dans leur chambre enfiler une tenue plus appropriée. Posant sa lourde cape sur ses epaules, il monta Marengo 1er du nom, monture offert par sa douce cousine quelques années plus tot.

Tagada, tagada, non pas voila les daltons, mais l'Edouard qui voit au loin le carrosse de sa belle etre mise a l'ecurie Il devait l'avoir raté de peu, qui sait si il se pressait, il pourrait lui voler un de ses baisers qui le faisait defaillir a chaque fois. Il pressa un peu plus le vieux marengo et le confia au premier palefrenier venu, montant 4 a 4 les marches, la porte ouverte voyant son cousin tendre le bras a sa fiancée et un regard..Si il n'avait pas eu confiance , ca aurait été un cousin embroché qui aurait été devant lui


Hum hum .. je ne vous derange pas j'espère?

Tentant un sourire convainquant, il partit vers sa fiancée et l'embrassa longuement.. MMMMm .. bon je vous passe tout ce que l'edou pensait de son baiser, puis se retourna vers le Cousin Roussissant, lui donnant une franche accolade

Guillaume ca fait bien longtemps ! Comment vas tu vieux frère? Alors on veut le bras de la plus belle femme du domaine hum ?

____________________
[RP] Mes larmes coulent encore... Edouar13
Revenir en haut Aller en bas
Héloise Marie
The Comt'ess
Héloise Marie

Messages : 1413
Date d'inscription : 09/04/2012
Age : 25
Localisation : Arbois

[RP] Mes larmes coulent encore... Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mes larmes coulent encore...   [RP] Mes larmes coulent encore... Icon_minitimeDim 6 Jan - 18:12

Cling, chlank, cling, cling cling, cklang = bruits du plateau porté par la domestique avec les tasses et tout dessus.
Rajoute une tasse.
Une seule?
Oui
Donc trois tasses?
Hummmfff... Par le Très Haut, j'ai embauché quelqu'un qui ne sait pas compter.
Cling, chling.
Voilà votre Grandeur.
Bieeen... Tu peux en ajouter encore une.
Pardon?
Encore une tasse. Puis quelques trucs à manger. Edouard vient d'arriver.
Et il manque beaucoup?
Pas que lui.
Mais lui plus?
Beh, il est tout maigre !
Des biscuits?
Oui ! Des pâtes de fruits, des amandes, des fruits, oh eeeet, du jus de pomme aussi !
Ce sera tout?
Du poulet !
Du poulet?
Mmmmh... oui, grillé !
B...bien, votre Grandeur !
Un soupir, puis la jeune fille se détourne de la fenêtre sans rendre le coucou gracieux de son rouquin de frère, pour s'assoir, perplexe et le ventre gargouillant. Enfin, Archimède entre dans la salle, suivi par un brouhaha certain par derrière lui.
Comtesse... Com...Comtesse...
Respire, Archimède !
Pffffffff, aaaaapffffff... Il... il y a votre frère Gui...pfffff... Guillaume qui est arrivé.
J'ai vu oui.
Et... pfffffffff.... Edouard, votre Grandeur. Votre cou...cou...
Cousin oui ! Je le sais. C'est tout? Ersinn?  
...
Ouais, bon, ça va, dégage de là !

La porte se referme sur Archimède. La jeune fille patiente, servant chacune des tasses de thé, quatre tasses remplie du breuvage ambré. Dans sa tasse, elle glisse une cuiller de sucre, puis sourit en levant son visage vers la porte s'ouvrant sur les... invités s'invitant !

Enfin vous voilà. Elisabeth... Edouard... Guillaume... Ma parole, Guillaume, arrange tes cheveux !
Allons venez faire une poutoune à voooootre...suzeraine, cousine et grande et merveilleuse soeur adorée !

____________________
[RP] Mes larmes coulent encore... Sans_t11
Revenir en haut Aller en bas
https://castel-arbois.forumperso.com
Guillaume
Frère de Sa Grandeur
Guillaume

Messages : 9
Date d'inscription : 21/05/2012

[RP] Mes larmes coulent encore... Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mes larmes coulent encore...   [RP] Mes larmes coulent encore... Icon_minitimeDim 6 Jan - 20:46

Guillaume n'aime pas ne pas être mis au courant. Il ne supporte pas de ne pas savoir. Que signifie ce retour secret en Empire? Guillaume va devoir tordre des bras, faire craquer des os et arracher des ongles... en tout cas, il y a un trou énorme dans son maillage. Comment bien surveiller que sa soeur aille bien si une telle information lui échappe?

Evidemment, tout ça, il ne le montre pas, il se contente de sourire à son cousin.


Hum hum .. je ne vous derange pas j'espère?

Mais bien sûr que n...


Le rouquin lève les yeux au ciel. Mais c'est d'un classique! Puis... Oh, mon dieu, mais qu'il s'y prend mal! Un jour, il faudra qu'il explique à son cousin comment on embrasse vraiment!

Guillaume ca fait bien longtemps !

Ah, il daigne ce souvenir qu'il n'est pas seul.

Comment vas tu vieux frère? Alors on veut le bras de la plus belle femme du domaine hum ?

Je vais à cheval... enfin à pieds, en l'occurrence. Quand à la plus belle femme... je n'ai pas encore vu la comtesse, non.


Il sourit à pleines dents. Et paf, voilà pour toi, cousin! Guillaume retire alors son casque, se disant qu'il n'est pas forcément convenable de rester casqué dans un château qui n'est pas ennemi. A ce moment précis, la louve dont on vient de parler pointe, non la queue, mais le museau.

A peine entrée que le roux a le droit à un commentaire.


Ouais, bon...hein! Bah, ça va : j'ai tout juste retiré mon casque!

Bougonnant pour la forme, il s'avance vers sa soeur et dépose un baiser sur sa joue, pas rancunier. le casque sous le bras, il s'écarte ensuite pour laisser aux deux tourtereaux les joies de voleter autours de la maîtresse des lieux.

____________________

Revenir en haut Aller en bas
Élisabeth
Vassale
Élisabeth

Messages : 819
Date d'inscription : 10/04/2012
Age : 30
Localisation : Mesnay

[RP] Mes larmes coulent encore... Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mes larmes coulent encore...   [RP] Mes larmes coulent encore... Icon_minitimeLun 7 Jan - 13:35

À moitié pliée sur elle-même, cherchant décidément par tous les moyens pour réussir à respirer l’air frais de l’hiver, elle attendait principalement une petite réaction d’Archimède. Mains sur les hanches, Élisabeth releva la tête pour observer Archimède. Que faisait-il, le crétin ? Elle fronça un sourcil et lui demanda : Archimède ? Qu’attendez-vous ? Le dégel ? Pourriez-vous me dire dans quelle pièce je pourrais trouver sa Grandeur ? Parce que, si vous ne voulez pas m’y emmener, je peux y aller moi-même. Je connais Arbois comme ma …

Poche ? Ohh … ce n’était peut-être pas une bonne idée de dire qu’elle connaissait Arbois par cœur. Si un jour la baronnie est attaquée merveilleusement bien, soit on l’accuserait de trahison, soit on l’accuserait de complicité. Doux Jésus, les hormones, ça vous met dans un état ! Elle toussota et comme le valet d’Héloise cherchait, sans aucun doute une riposte, la jeune femme allait le sermonner quand un bruit de galop – en gros, ça sent les cavaliers à vu de nez, ça ! – se fit entendre. Elle se tourna vers la grille et qui découvrit-elle ? Le futur cousin ! Elle aurait bien enfoncé sur sa tête son chapeau mais ce serait alors un chapeau invisible puisque la bourrique avait complètement oublié de couvrir sa tête. Il ne manquerait plus qu’elle attrape froid par les oreilles ! Non seulement, Guillaume fit une apparition digne … d’un roux Sparte – oui bon ça va, on fait ce que l’on peut, hein ! – et non content de faire son entrée ainsi, qu’il fallait qu’il improvise un … spectacle ? Rho c’est méchant ! Ou juste un peu réaliste ? Sourire amusé sur les lèvres, elle observa le « cirque ». En attendant, Archimède avait, sans aucun doute, que la jeune femme était attendue. Elle se détourna du spectacle, jetant un regard glacial sur le pauvre valet. Elle s’apprêta à ouvrir la bouche, pour dire son mécontentement, qu’elle est – encore ! – fatiguée, qu’elle commence à avoir froid, qu’elle aimerait POUVOIR RESPIRER en plus d’avoir trèèès faim ! Mais aucun son ne sortit, puisqu’elle n’en eût pas le temps.

Elle inclina la tête à son tour et sourit en voyant le bras tendu. Tout en posant sa main sur le bras proposé, elle répondit, toujours avec un sourire aux lèvres :
J’accepte avec plaisir votre bras, mon ami. Je ne voudrais pas faire attendre plus longtemps votre sœur qui m’a invitée pour prendre … le thé. Pour ce qui est de mon retour en Empire, vous devinerez bien que je ne suis pas revenue seule !

Elle posa un instant son regard vert sur Guillaume puis, regarda à son tour la porte. Elle réprima un soupir puis hocha la tête : Allons-y !
Passant son manchon à son poignet, elle attrapa de son autre main libre – la droite, ça coule de source ! – le pan de jupons puis se dirigea, accompagnée de Guillaume à l’intérieur du château. Quand ils passèrent la porte, elle reprit doucement sa main et s’arrêta net. Non pas qu’elle avait envie de faire demi-tour, bien au contraire, mais cela faisait longtemps … tellement longtemps (oui bon, j’exagère un peu !). Elle fixa un point inexistant avant de reprendre : Quand avez-vous vu Héloise pour la dernière fois ? J’ai appris … enfin, elle m’a dit, dans une lettre qu’elle était fiancée. Vous devez être heureux pour elle, n’est-ce pas ?

Devinez quoi ! Voilà qu’Édouard débarque. Hubert avait dû avoir la trouille de se faire, encore une fois, engueuler. Mouahahh !! Cela n’empêche qu’elle ne sait toujours pas où il se trouvait. Soit, passons. Bien synchro avec Guillaume, elle avait répondu : Bien sûr que n…
« Bien sûr que non. Pourquoi tu nous dérangerais et tu étais où ? ». Voilà ce qu’elle aurait voulu dire … si les lèvres élisabéthaines ne s’étaient pas fait happer par un baiser … un long baiser. Classique ? Non ! Juste romantique, c’est tout ! Et puis, Guillaume qui lance la réflexion qui pourrait, éventuellement, les amener à un combat de coq. Comment ça, j’exagère ? Rhoo, si peu, voyons ! Elle haussa un sourcil et leva les yeux au ciel avant d’attraper le poignet de son cher fiancé pour suivre Guillaume. Ils avaient à peine mis les pieds dans la pièce que ce dernier se prit à la figure un commentaire. C’est ça, d’avoir une ouïe fine … elle avait bien envie de lui tirer la langue, genre « Bien fait ! Ça t’apprendra ! » mais non, rien. Elle se contenta seulement d’afficher un sourire en coin et s’approcha d’Héloise pour l’embrasser sur les deux joues, lui glissant au passage : Je suis heureuse de te re..voir !

Elle s’écarta ensuite pour laisser sa place à Édouard. Elle retira, en attendant, son manteau. Il fallait trouver un pigeon humm … pardon. Un ou une domestique pour prendre le manteau et le manchon. Bah non, on ne va pas s’encombrer pour prendre le thé, n’est-ce pas ?

____________________
[RP] Mes larmes coulent encore... Srrg
Revenir en haut Aller en bas
Héloise Marie
The Comt'ess
Héloise Marie

Messages : 1413
Date d'inscription : 09/04/2012
Age : 25
Localisation : Arbois

[RP] Mes larmes coulent encore... Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mes larmes coulent encore...   [RP] Mes larmes coulent encore... Icon_minitimeSam 12 Jan - 11:55

Allons, allons, Archimède, débarrasse nos invités, comme tu t'incrustes comme ça.
Oui, bien sûr votre Grandeur.
Et puis, tu pars. Tu n'as rien à faire ici.
Bien votre Grandeur.

Elisabeth...
Deux baisers sont échangés.
Edouard...
Deux baisers sont échangés.
Je suis très heureuse de vous voir tous les deux, bien que, mon cher cousin, il ne me semblait pas vous avoir convié.
D'un mouvement des talons, la jeune fille retourne prendre place sur les fauteuils disposés en demi-cercle autour d'une petite table surchargée de tasses.
Ni toi mon adorable petit frère.
Un sourire à Guiguichou.
Imaginez à présent que les propos que je dois échanger avec Elisabeth soient privés, très personnels et incroyablement féminins?
D'un mouvement de sa main, elle sert toutes les tasses.
Du miel?
Et puis, imaginez que maintenant, nous nous mettions à parler dentelles et tissus?
Qu'est-ce que vous allez vous ennuyer...

Levant ses yeux sur le couple, elle réfléchit deux secondes.
Quoique, vu comme Edouard te dévore des yeux, ma chère Elisa, je pense qu'il pourrait passer toute l'après-midi à te regarder sans comprendre un mot de ce que nous racontons.
Elle leur sourit, attendrie. Il était temps que ces deux là se trouvent et se complètent. Plus que temps. Même s'ils ne pouvaient jamais s'aimer plus que ce qu'elle et son lorrain échangeaient, Héloise restait un peu émue devant leurs mièvres regards et leurs sourires à l'eau de rose.
Dommage, mon cousin, que mon Lorrain ne soit pas là. J'aurai aimé vous le présenter.
Il est si beau.
Si doux.
Si gentil.
Hein, Guillaume, qu'il l'est? hein? hein?

Un regard vers son frère genre "tu dis le contraire j'te fais buter, puis elle tapote le fauteuil à côté d'elle.
Allons, allons, prenez place. Et racontez moi comment ça se passe à Orléans.
Et prenez du thé !

____________________
[RP] Mes larmes coulent encore... Sans_t11
Revenir en haut Aller en bas
https://castel-arbois.forumperso.com
Edouard De Sparte

Edouard De Sparte

Messages : 15
Date d'inscription : 25/05/2012

[RP] Mes larmes coulent encore... Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mes larmes coulent encore...   [RP] Mes larmes coulent encore... Icon_minitimeDim 13 Jan - 13:30

Faisant fi de la reponse de Guillaume, après tout si le roux cousinal ne voyait pas la beauté d'Eli hein, ce n'etait pas plus mal me direz vous. Il se laissa trainer dans la salle par sa douce, souriant à la remarque d'Heloise sur la coiffure de Guillaume. Mais bien sur c'est pour ca qu'il n'avait rien vu rha la la j'vous jure. Il donna sa cape a Archimède,  Deux bises a sa cousine, il allait s’asseoir tranquille, Néanmoins l'accueil.. etrange d'Heloise le laissa un peu pantoi

Je suis très heureuse de vous voir tous les deux, bien que, mon cher cousin, il ne me semblait pas vous avoir convié.

Le sourcil arqué .. bah ca c'est un accueil chaleureux dis donc, ca fait plaisir. Hochant un peu la tete il sourit amusé, meme si hein .. pfiou la prochaine fois il reste dans son bain le Sparte !

Oh vous savez cousine, Guillaume et moi pouvons vous laisser papoter .. mais si je n'etais pas venu , n'auriez vous pas boudé et fait retourner chaque brique de Mesnay pour me dire combien je suis malpoli en ne venant pas vous voir à mon retour en Empire hum? J'aurai eu droit et cela est certain a une poursuite impitoyable ..

Souriant de plus belle, il lui reposa une bise, lui glissant un "vous etes vraiment sublime cousine, ca me fait plaisir de vous revoir"avant de s’asseoir quand il fut invité , près de sa belle. N'ecoutant pas le debut de la conversation.. mais entendant le terme qu'il avait l'habitude d'entendre depuis qu'il frequentait sa Blonde

.. Et puis je suis habitué au froufrou depuis mes fiançailles..

Levant les yeux a son tour, il les posa ensuite sur sa belle qui lui rendait la vie simplement heureuse. Mais c'est vrai que question froufrou il etait servi.. arf d’ailleurs son costume .. ah non ne pense pas a ca .. si si penses -y mais pas ici.. ou veux tu? oh tais toi .. Toussotant un peu pour faire taire ses voix intérieure

Ne vous inquietez pas si ca devient trèèèèès feminin j'irai visiter votre domaine ma belle Cousine, Mais oui, vous faites bien de parler de votre futur mari. J'espère qu'il n'a pas eu peur du débarquement Sparte en vos murs. Mais dites moi, vous rend t-il heureux? quoique voyant votre regard.. et ses tendres complments on ne peut douter.. je suis si heureux pour vous et j'espère avoir l'occasion de le rencontrer avant votre mariage.


Suivant le regard de la dite cousine vers Guillaume, Ola il n'aurait pas voulu se trouver a sa place, si il disait un mot de travers sur Ersinn.. il passerait un sale quart d'heure le Roux. prenant sa tasse de thé, il souffla un peu dessus puis en bu une gorgée; priant pour que Guillaume survive à ce tea time..

____________________
[RP] Mes larmes coulent encore... Edouar13
Revenir en haut Aller en bas
Élisabeth
Vassale
Élisabeth

Messages : 819
Date d'inscription : 10/04/2012
Age : 30
Localisation : Mesnay

[RP] Mes larmes coulent encore... Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mes larmes coulent encore...   [RP] Mes larmes coulent encore... Icon_minitimeDim 13 Jan - 23:40

Archimède s’approche, la blonde en profita pour prendre touuuuut son teeeemps pour se débarrasser de ses affaires. Qui a dit qu’Élisabeth était calme ? Une chose est sûre, ce n’est pas moi ! Elle donna manteau et manchon au valet, puis lui tourna le dos. Pendant qu’elle était occupée à se débarrasser de ses affaires, elle n’avait pas vraiment fait attention à ce que les Sparte disaient … enfin si mais d’une oreille distraite. Elle tendit l’oreille quand Édouard parla de Mesnay. Froncement de sourcils ; après tout, elle va faire comme si elle n’avait rien entendu mais il est hors de question que Mesnay soit détruit par caprice ! Nope, la jeune femme ne pourrait laisser passer ça ! À peine eurent-ils l’invitation de s’installer qu’Élisabeth s’installa dans l’un des fauteuils bien positionnés en demi-cercle devant la table bien fournie. Il est vrai que c’est difficile de parler froufrous avec la gente masculine. Ils ne comprennent rien ! Ou si peu … Il n’y avait pas que les froufrous m’enfin, je ne vais pas continuer à critiquer les hommes, ils seraient blessés dans leur orgueil de … mâle ! Tant pis, le thé entre filles sera pour un avenir proche … ou fort fort lointain ! Pourtant, il n’y a pas d’Âne dans le coin ? Et puis, le thé, ça fait faire pipi ! Tasse bien remplie, elle l’observa quelques secondes avant de la prendre. Elle souffla sur le liquide pour le refroidir. Puis vint la phrase d’Héloise : « Quoique, vu comme Edouard te dévore des yeux, ma chère Elisa, je pense qu’il pourrait passer toute l’après-midi à te regarder sans comprendre un mot de ce que nous racontons. » Elle sourit, un peu. Le pauvre, il était habitué à entendre parler de froufrous … pas tous les jours, contrairement à ce que disent les mauvaises langues.

Certes, depuiiiiiis … un petit moment, tu es habitué à entendre parler froufrous mais contrairement à ce que tu laisses entendre, je t’en parle … une fois de temps en temps !

Elle ponctua sa phrase d’un sourire qui était adressé à son cher et tendre fiancé. Elle écouta trèèès attentivement la description de Ersinn par Héloise. Si elle ne se trompait pas, elle l’avait vu deux fois : une fois à Vesoul, une fois à Dole. « Si beau. » Ohh non ! Édouard, c’est un Dieu ! Ahem hem, continuons. « Si doux. » BIIPP !! Erreur, il n’y a pas plus doux que son aimé, impossible ! « Si gentil. » Cela se discute … quoique non, il n’y a pas plus adorable que lui. Un a-mour !… pas Ersinn, Édouard pardi ! Ohohohh ! Elle sentit bien une légère rougeur lui montait aux joues. Tu m’étonnes, avec de telles pensées ! Elle approcha la tasse de ses lèvres et bût une gorgée … brûlante, cette gorgée ! Elle reposa sa tasse sur la table, peut-être un peu trop vivement et toussota … « pour la forme ». Surtout ne pas avouer pourquoi elle s’était mise à rougir légèrement si on avait remarqué cela.

Je me suis brûlée … mais on s’en fout royal.

Trouve un truc et rapido pour éviter d’entrer dans des explications complètement tirées par les cheveux. Orléans !

Orléans ? Orléans c’est … caaaaaaaaaaalme ! Très beau duché et la capitale, je ne vous raconte pas ! D’une beauté ! Il y a … la Loire qui traverse la capitale … enfin, elle traverse le duché aussi, si je ne me trompe pas. Les orléanais sont agréables, très accueillants … mais rassurez-vous, c’est trop beau pour qu’il n’y ait pas de hic : il y a, comme toujours, des co.., hum. Des personnes hypocrites, avides de pouvoir, toussa mais je pense que vous serez de mon avis pour dire que c’est partout pareil ! Bref, tout cela pour dire que malgré tout, je m’y plais bien là-bas. N’est-ce pas ?

Chaton ? Mon cœur ? Mon amour ? Rho ! Tant de surnoms alors elle ne savait lequel choisir. Et puis, le « chaton » à l’origine, c’était pour l’embêter. Bref, soit. Tout cela pour dire que c’était à Édouard qu’elle s’adressait le « N’est-ce pas ? » et elle avait ponctué sa phrase d’un sourire. Elle en profita pour le dévorer des yeux regarder tendrement mais discrètement, quand même !

____________________
[RP] Mes larmes coulent encore... Srrg
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume
Frère de Sa Grandeur
Guillaume

Messages : 9
Date d'inscription : 21/05/2012

[RP] Mes larmes coulent encore... Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mes larmes coulent encore...   [RP] Mes larmes coulent encore... Icon_minitimeLun 14 Jan - 0:16

Guillaume était entré et avait été s'installer dans le renfoncement d'une fenêtre. Il écoutait, comprenait, mais n'était pas vraiment là. Il avait discrètement caché sa main gantée dans les plis de sa cape. Certaines choses n'ont pas à être montrées en bonne compagnie. Il en était ainsi de l'état de sa main. Depuis la disparition de Victoire, Guillaume avait repoussé le moment d'aller en parler à Leif. Telle était le but de sa visite. Il ne pensait pas tomber sur cette délégation orléanaise.

Guillaume était adossé contre la fenêtre, le bras valide occupé à porter son heaume. Même blessé, le roux était plus fier que jamais. Il se tenait droit, dans toute la hauteur de sa silhouette de cavalier. Les froufrous. Cette évocation lui arracha un souvenir lointain et plein de nostalgie. Hélo avait tendance à rapidement oublier que leur enfance s'était faite à Salins-les-Bains et avait été commune. Guillaume savait tout -ou pensait tout savoir, ce qui n'est pas loin- des froufrous. Il avait eu de bonnes professeurs lors de son enfance. Il lui arrivait même de conseiller, parfois, des amies. Autrefois, il choisissait lui-même les présents pour ses maitresses, toujours avec goût et faisant mouche. Evidemment, il garda tout ceci pour lui. Ils n'avaient pas vraiment besoin de lui pour faire la conversation. Tant mieux, d'un côté : le baron pouvait ainsi laisser son esprit vagabonder au gré de son envie.

Mais toute bonne chose a une fin, et cette fin s'appelle ici Ersinn. Enfin, non, plutôt Hélo voulait confirmation que le lorrain est parfait. Il faut un moment à Guillaume, qui comprend très bien le sens de chaque mot et chaque phrase, mais ne saisit pas pourquoi ils sont tous tourné vers lui. Et soudain... TILT! Tout s'éclaire.


Oh, le lorrain, tu sais... Non, il est bien, c'est vrai.Après, beau, doux et gentil, je suis mal placé pour en juger. Il n'a jamais été spécialement doux avec moi. Mais si tu l'as choisi, je te fais confiance. Donc oui, c'est un homme bien qui sera digne de ma soeur. D'ailleurs, ça, je le savais avant même ton choix.

Il sourit et les laisse retourner à leur babillage. Il reste à l'écart. Habitué aux Cours divers et variées, il sait comment faire. restant debout et un peu à l'écart, ses yeux passent de l'un à l'autre. Il suit, mais ne participe pas vraiment. En général, les gens lui parle à lui comme aux autres, sans se rendre compte qu'il ne dit rien. Il le remarque une fois qu'ils ont quittés la salle.

____________________

Revenir en haut Aller en bas
Héloise Marie
The Comt'ess
Héloise Marie

Messages : 1413
Date d'inscription : 09/04/2012
Age : 25
Localisation : Arbois

[RP] Mes larmes coulent encore... Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mes larmes coulent encore...   [RP] Mes larmes coulent encore... Icon_minitimeLun 14 Jan - 9:32

Un sourire réjouit s'installe sur le visage de la jeune fille. Même si Elisabeth ne confirmait rien, Edouard était totalement perdu, Guillaume son frère d'amour, bien qu'éloigné de tout le monde et n'ayant pas pris sa tasse de thé, confirmait quelque peu ses propos quant à Ersinn.
Guillaume, mon chou, tu ne prends pas de thé?
Héloise lui lance un sourire, puis glisse une cuillère de miel dans sa tasse.
Ah, oui, navrée Elisabeth, je manque à tous mes devoirs.
S'installant un peu plus confortablement dans le fond du fauteuil, elle se racle la gorge et clame bien haut.
Attention, c'est chaud, voire même brûlant !
D'une main, le petit doigt relevé, la jeune fille se met à souffler sur sa propre tasse, écoutant Edouard tergiverser sur diverses choses. Puis, elle bu une petite gorgée rapide, le temps de sentir le liquide brûlant couler le long de sa gorge.
Mon cousin, si je voulais vous voir, je vous aurais invité, mais il est vrai que j'aurai été mécontente d'apprendre que, malgré ma présence en ces murs, vous ne vouliez venir me saluer et sachez que je suis fort outrée de vous entendre dire qu'il fallait qu'Elisabeth soit là pour que vous veniez me faire une poutoune.
Une nouvelle gorgée trouve sa place, puis la jeune fille continue.
Vous ne m'aimez surement plus autant qu'avant, maintenant que vous avez Elisa.
Encore une petite gorgée, puis Héloise se tourne vers Elisabeth avec un sourire complaisant.
Je ne t'en veux pas hein, je lui en veux à lui.
S'il y avait bien une chose de correcte, enfin, au moins une, dans les pensées d'Elisabeth, c'était bien celle-là : le thé fait faire pipi. Cependant, et depuis qu'elle avait passé l'âge de 4 ans, elle avait appris à se retenir pour ce faire. Et là : drame. Un liquide chaud coulait doucement et honteusement entre ses cuisses, sous les jupons de sa robe. Une voix moqueuse se fit entendre lentement dans le fond de son esprit.
"Attends, t'es en train de... Ahahaha, je rêve? ".
Elle rougit, affreusement, honteusement, même si personne ne pouvait rien voir, elle venait de perdre toute contenance, toute son assurance, sa fierté, bref, lamentable, elle jette un regard désespéré à Elisabeth, comme si celle-ci pouvait comprendre son désarroi d'un regard. Que dalle ! Ses jupons devenaient trempés, attaquant à présent le fauteuil.

Je n'ai pourtant pas bu beaucoup de thé...
De nouveau, son regard passait de Edouard à Guillaume, de Elisabeth à Edouard, de sa tasse à la porte, de la porte à Guillaume. Ses joues étaient en feu et son estomac commençait à lui faire mal. Doucement, elle se penche en avant, établissant des plans mirobolants pour rester assise tout le temps de l'entretien, prétextant un mal de jambe qui la faisait souffrir, oui, ce serait bien ça, oui, justement, elle était tombée aux joutes. Tout en se penchant, laissant voir sans le faire exprès l'état du fauteuil clair trempé de son sang qui s'écoulait lentement le long de ses jambes, pour poser sa tasse sur la table, elle déclama, comme si de rien était.
Je suis tombée aux joutes il y a peu, je me suis fait un de ces maaaaaal à la jambe...
Bon çaaaaa, ça allait d'office passer pour expliquer que désormais, elle ne bougerait plus de sa place. Une crampe fit alors son apparition dans le bas de son ventre et elle grimaça en se redressant, comme si de rien était.

____________________
[RP] Mes larmes coulent encore... Sans_t11
Revenir en haut Aller en bas
https://castel-arbois.forumperso.com
Élisabeth
Vassale
Élisabeth

Messages : 819
Date d'inscription : 10/04/2012
Age : 30
Localisation : Mesnay

[RP] Mes larmes coulent encore... Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mes larmes coulent encore...   [RP] Mes larmes coulent encore... Icon_minitimeLun 14 Jan - 16:14

Youpi ! Merveilleux ! Elle avait parlé d’Orléans mais finalement, elle était ra-vie que personne n’ait fait attention à ce qu’elle avait pu dire puisqu’Héloise commença à faire des reproches à Édouard. Les festivités commencèrent enfin. Rho la vicieuse ! La jeune femme se mordit les lèvres afin de ne pas sourire puis jeta un œil vers Guillaume qui lui, semblait rêveur. Après tout, il y a des jours où ça va, et d’autres où ça ne va pas et pour Guillaume, cela devait être un jour où ça ne va pas. Elle reprit sa tasse et cette fois-ci, elle pensa à souffler un peu plus longtemps sur le liquide. Elle but une gorgée, prenant le temps de sentir la chaleur du breuvage réchauffer, en quelque sorte, sa gorge. Revenons aux « festivités ». Il fallait s’y attendre, d’un côté. Gardant sa tasse dans ses mains, elle réchauffa, par la même occasion, ses mains qui avaient un peu de mal à se réchauffer. Pas de gants ! La bourrique avait oublié d’embarquer des gants … ohh certes, cela ne lui aurait servi à rien à l’intérieur mais à l’extérieur, il fait tellement … frais ! Que cela aurait été agréable de ne pas avoir les mains rougies par le froid. Que pouvait-elle rétorquer à Héloise puisque ce n’était pas à elle qu’on faisait des « reproches » ? Héloise se tourna vers Élisabeth, sourire aux lèvres en lui annonçant que ce n’était pas à elle qu’elle en voulait mais bel et bien à son cousin. Léger sourire aux lèvres, elle répondit avant de boire une nouvelle gorgée : C’est trop d’honneur, mon amie.

Qui a dit qu’Élisabeth avait tort ? Elle a toujours raison ! Enfin presque, parce que même si parfois, cela lui arrivait d’embellir la vérité – n’oubliez jamais qu’elle ne supporte pas de mentir, sauf dans les cas d’extrêêêêmes urgences ! – elle avait, d’une façon ou d’une autre, toujours raison. Pour en revenir au thé : le thé, ça fait faire pipi. Et d’ailleurs, avant de venir voir Héloise, elle avait prit, pour la deuxième fois de la journée, la tisane à base de plantes – de la camomille, de la mélisse et de l’aneth – tout cela, bien mélangé pour éviter les nausées. Ohh que oui, ça marchait du tonnerre, cette tisane sauf qu’il y avait un hic – et là, vous me diriez bien « Encore ?! » – : elle avait envie de faire pipi. Rassurez-vous, l’envie n’était très pressante mais … Oui bon, ça va. On ne peut jamais prévoir mais plus vous essayez de ne pas penser à votre affreuse envie de faire pipi – c’est une image, puisqu’elle n’a pas si envie que ça, pour le moment ! – et plus vous avez la vessie qui vous rappelle bien que vous avez besoin de vous soulager. Or, tout comme Héloise, depuis son plus jeune âge, elle avait appris à se retenir. Jamais au grand jamais elle ne s’était fait pipi dessus. Quoique malgré l’envie pressante, comme l’une des nombreuses fois, elle se retiendrait … même si elle continue de jouer avec le diable en buvant du thé mais son envie de faire pipi, c’était à cause de la tisane qu’elle prenait encore. Tout cela pour quoi ? Pour éviter d’avoir, encore une fois, des nausées ! Après avoir bu une gorgée, elle vit bien que son amie avait quelque chose qui n’allait pas. D’ailleurs, cette dernière s’était mise à rougir très violemment. Et en plus, elle lui lança le regard du désespoir. Non, Élisabeth n’est ni voyante, ni sorcière, elle ne pouvait pas deviner le problème de sa suzeraine.

Elle fronça les sourcils et « essaya » de l’interroger du regard mais comme si elle allait lui répondre. Pas en public ! Enfin, c’est la famille mais elle n’en reste pas moins un peu une étrangère. Héloise murmura quelque chose qu’Élisabeth n’eût pas le temps d’entendre. Commençant très sérieusement à se demander ce qu’il se passait parce que ça, ça ne passe pas inaperçu, elle observa longuement son amie. Elle ne la quitta pas du regard, pas même pour regarder les garçons. Non non, il y avait un truc qui clochait. Élisabeth connaissait que trop bien Héloise pour savoir qu’il y avait bien, à ce moment-là, un problème ! Quand la jeune fille se pencha pour faire on-ne-sait-trop-quoi, la jeune femme écarquilla les yeux. Le fauteuil avait pris une drôle de couleur. Une chose était sûre, cela devait être trempé. Piquée par la curiosité mais surtout, par l’étrange sensation d’avoir l’impression que quelque chose se passait sous son nez, elle laissa échapper involontairement sa tasse. La tasse rebondit deux fois pour qu’à la troisième fois, elle se brisa en plusieurs morceaux. Bonté Divine, elle commençait à se demander si elle n’avait pas un ange gardien avec elle qui lui aurait permis de faire une gaffe pour en savoir plus. Bref, elle se leva vivement, et prenant quand même un air totalement désolé, elle se baissa pour ramasser les morceaux :
Héloise, je suis terri-blement navrée. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé, la tasse m’a glissé des mains. Rholala, je suis confuse.

Elle ne mentionna pas que le bas de sa robe était quelque peu tâchée mais elle en profita pour se rapprocher – presque à quatre pattes et surtout en jupons, c’est pas le top – d’Héloise. Plus elle s’approcha du fauteuil de son amie ; plus son cœur s’emballait, manquant même, une fois à genoux auprès d’Héloise, un battement. Cette fois-ci, elle était plus qu’inquiète, d’ailleurs, elle ne put le cacher puisqu’elle devenait légèrement plus pâle que d’habitude.

Je me permets de regarder si je n’en ai pas … Héloise, tu saignes .. mis partout. Ohh la gourde ! Héloise ! Elle en profita pour se lever, tapotant sur ses jupons tout en fixant la jeune fille. Elle enchaîna rapidement : J’ai com-plè-te-ment omis de te dire que j’avais besoin de te parler ! C’est un sujet extrêêêmement personnel, tu vois. Très privé qui ne concerne que nous deux enfin, nous deux puisque nous sommes .. des filles ! Et puis, cela permettra aux garçons … Héloise, tu saignes ! de se retrouver ! Enfin, de parler … entre hommes !

Élisabeth se mit à pouffer nerveusement. Elle tentait, d’une façon ou d’une autre, de faire éclipser Héloise avant que Guillaume et Édouard ne s’aperçoivent qu’Héloise avait … un problème. Un gros problème !

____________________
[RP] Mes larmes coulent encore... Srrg
Revenir en haut Aller en bas
Héloise Marie
The Comt'ess
Héloise Marie

Messages : 1413
Date d'inscription : 09/04/2012
Age : 25
Localisation : Arbois

[RP] Mes larmes coulent encore... Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mes larmes coulent encore...   [RP] Mes larmes coulent encore... Icon_minitimeSam 9 Fév - 10:52

OH NON ELISABETH ! MON NOUVEAU TAPIS !
Oubliée, la situation loufoque du, je ne sais pas me retenir parce que je suis vraiment une gosse et que je fais encore pipi n'importe où. Elisabeth venait de ruiner son tapis et en plus, elle tergiversait sur elle ne sait quel sujet dont elle devait lui parler en privé.
Quoi?
Oui, quoi, c'est ce qui lui semblait le plus opportun à lâcher en cette situation sordide. Quoi, que racontes-tu là? Je ne cache rien à Guillaume. Ou bien, quoi, qu'est-ce que tu murmures là? J'entends rien, articule? Que fais-tu à quatre patte? Ok, non, elle était perdue et perplexe. Puis soudain, alors que sa vassale était devant elle, agenouillée, occupée à on ne sait quoi, une douleur odieuse lui traversa l'estomac. Héloise se pencha en avant, lâchant à son tour sa tasse qui s'écrasa au sol en un bruit sourd.
QU'EST-CE QUI M'ARRIVE? GUILLAUME ! GUILLAUME !!!! QU'EST-CE QUI M'ARRIVE?
Ses hanches, son ventre, ses entrailles brûlaient, affreusement, douloureusement, tout son corps semblait lui échapper, tout son corps semblait être envahit par le Sans Nom... La jeune fille s'entortilla sur elle-même et se laissa tomber en avant sur le sol et le tapis jonché de débris et de thé renversé. Elisabeth dans les parages, Héloise pu aisément lui agripper la main et la serrer de toute ses forces, la douleur picorant désormais le coin de ses yeux d'où perlaient des grosses larmes.
Qu'est-ce qu'il m'arrive... Elisabeth... je vais mourir...
Ses yeux tombèrent sur le fauteuil, rouge de sang, puis sur ses jupons, tout aussi rouges et ses larmes se transformèrent en gros sanglots. Sa respiration se fit courte et brève, saccadée. Le salon tournait autour d'elle, au rythme des battements de son coeur qui battaient à tout rompre, se collant au rythme de la douleur qui lui brûlait le ventre. Elle allait mourir, c'était la fin. La fin de la Comtesse de Champagnole... Elle ne verrait plus jamais ses amis, sa famille. Elle allait mourir ici, sur un nouveau tapis, noyée dans son sang, oubliée de tous, même son fiancé ne s'en préoccuperait pas. Il n'était pas là, pas là pour l'aider, lui tenir la main, lui dire une dernière fois qu'il l'aime. Lentement, elle perdait le rythme de sa respiration, la douleur prenant le dessus sur tout. Dans un sursaut, elle tourna de l'oeil et se laissa mollement tomber le long du tapis.

____________________
[RP] Mes larmes coulent encore... Sans_t11
Revenir en haut Aller en bas
https://castel-arbois.forumperso.com
Guillaume
Frère de Sa Grandeur
Guillaume

Messages : 9
Date d'inscription : 21/05/2012

[RP] Mes larmes coulent encore... Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mes larmes coulent encore...   [RP] Mes larmes coulent encore... Icon_minitimeMar 12 Fév - 1:42

Guillaume observait la scène avec un sourcil relevé, la trouvant particulièrement étrange. Elle n'avait quand même pas... Bah si, on aurait dit. Elle avait. Elle avait passé l'âge quand même, non? Il la laissait se dépatouiller et riait sous cape de voir la vassale et amie essayer de sauver les apparences.

Son sourire se figea un moment. Il lui semblait avoir vu une trace rouge sur la main d'Elisabeth. Il scruta la jeune femme en tendant le cou, mais n'arriva pas à revoir les doigts rouges qu'il avait entre aperçu. Il se dit qu'il devait avoir rêvé. Revenant à la fenêtre, il observa un moment le vent dans les arbres. Ils se balançaient majestueusement, ce qui apaisait le rouquin. Soudain, un cri derrière lui, l'appelant. C'était Hélo.

Il se précipita. Comment un regard dehors avait-il laissé du temps à tant de sang pour s'échapper? Guillaume en était affolé. Le temps pour lui de rejoindre sa soeur, le casque du baron roulant par terre dans un fracas de métal auquel personne ne fit attention -Guillaume avait fait tomber son heaume- et le roux fût agenouillé auprès de sa soeur. Une idée lui vint, étrange et impossible.

Cependant, il voulut vérifier. Les sanglots d'Hélo, son regard affolé et le sang vinrent à bout des convenances. Guillaume glissa sa main sous les jupons de sa soeur et remonta le long de sa cuisse. Oh, il resta loin de toute acte déplacé, du moins relativement à la situation. Il retira d'un coup brusque sa main. Les quantités de sang sur la cuisse de sa soeur ne laissait pas de doute quand à l'origine de l'hémorragie. Il voulut encore vérifier et passa sa seconde main, celle gantée et privée de cinq phalange sur le ventre de sa soeur. Il était plus rond que d'habitude.


Hélo... tu ne m'avais pas dit que...que...

____________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[RP] Mes larmes coulent encore... Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mes larmes coulent encore...   [RP] Mes larmes coulent encore... Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Mes larmes coulent encore...
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arbois :: Appartements Privés :: Salon privé :: Salon vert-
Sauter vers: